Le MR, de la parole forte à la main molle

La DROITE POPULAIRE COMMUNIQUÉ DU 10 SEPTEMBRE 2019

Le MR, de la parole forte à la main molle

En période électorale le MR sait donner de la voix.

En négociation et en gouvernance c’est la main molle.

L’essentiel dans les négociations francophones qui se terminent étaient donc de rester au pouvoir quel que soit le prix des renonciations.

Les deux accords rendus publics montrent que le temps des promesses est terminé, retour aux anciennes pratiques.

Un Décret inscription dont on exigeait la suppression : on l’abroge pour illico le remplacer par un nouveau texte similaire à 100% dans ses effets.

Un Pacte d’excellence dont on a peine à percevoir les modifications hyper homéopathiques et qui restera donc en l’état.

Des Provinces dont on ne compte plus le nombre de fois qu’on nous a promis de les supprimer.

Mais surtout, parvenir à être en dessous des standards promis par la note Coquelicot (PS – Écolo) rédigée avant que le MR ne se joigne aux réjouissances :

– Exit la modification des indemnités de sortie

– Exit le plafonnement à 100% des revenus

– Exit les règles de décumul

Dans l’accord de gouvernement wallon, 10 lignes sont consacrées au budget et à la fiscalité pour 14 pages à l’énergie, la mobilité et le climat qui sont principalement des matières fédérales.

Hormis le fait qu’il n’y aura soi-disant, aucune nouvelle taxe, il n’y a que très peu d’ambition et encore moins de réformes structurelles prévues à l’horizon 2024, date clé de la cessation des transferts nord-sud. Cela démontre une grande frilosité pour prévoir un retour à l’équilibre budgétaire pour 2024.

Dans les 14 pages, exigées vraisemblablement par Écolo, tant les mesures proposées sont fantaisistes comme par exemple le bâti zéro carbone (on va transporter les matériaux à la brouette sans doute et cuire les briques dans un four sans émission de CO2) que ça frise le ridicule.

Par contre, le pacte d‘intégration, le facteur le plus important pour une société plus sécurisée, n’est mentionné nulle part… même pas de manière volontaire. Quel déni de préservation culturelle.

Dans l’accord de gouvernement de la FWB, on insiste sur une politique de jeunesse, ambitieuse, dynamique et émancipatrice … sans évoquer les moyens structurels ni financiers pour atteindre les objectifs.

Bref, un accord à l’image de cette coalition contre nature, très frileux qui réduit de plus en plus nos libertés pour privilégier la mainmise des entités fédérées sur nos initiatives.

Une lecture plus attentive apportera tous les désenchantements à ceux qui croyaient que les politiques francophones sont capables de se réformer seuls.

La DROITE POPULAIRE dénonce la poudre de perlimpinpin jetée aux yeux des électeurs.

Pour le Bureau Politique

André ANTOINE, Secrétaire Général et Porte-Parole

Vanessa CIBOUR, Co-Présidente

Aldo-Michel MUNGO, Co-Président