Mesures sanitaires inutiles et suspension du droit aux soins.

gouvernement

Mesures sanitaires inutiles et suspension du droit aux soins.


Pour la première fois, une publication scientifique, d’habitude prudente dans ses affirmations, confirme des évidences qui ont été mises en avant par la DROITE POPULAIRE depuis des mois, mais révèle également d’autres conséquences désastreuses liées aux politiques sanitaires.


Extraits:
« La Belgique se classe avec une grande avance comme le champion mondial des dommages médicaux causés par le virus ; alors qu’on vilipende Trump pour sa mauvaise gestion de la crise sanitaire avec 5,2 décès par 10 000 habitants, nos gouvernants et nos experts se pavanent avec presque le double de décès, 8,7. Et ils pourront bientôt se targuer lors de l’évaluation finale des conséquences du confinement d’un maximum de dégâts collatéraux.


La comparaison du bilan des mesures prises dans les divers États ne semble pas indiquer au 20 août 2020 leur corrélation directe avec un confinement, son degré de sévérité ou son inexistence. Par conséquent, la question de la proportionnalité des mesures entre la menace sanitaire et la survie de la société se pose. Parler de proportionnalité c’est évaluer la sévérité des dommages causés par les mesures par rapport à ceux qu’elles ont évités. Autrement dit, le remède a-t-il été pire que le mal dans une appréciation globale. »

« Les patients qui ont postposé examens et traitements risquent de le payer. C’est un inventaire encore à faire puisque les experts se gardent de présenter le nombre de décès mensuels non covid qui normalement tourne autour de 9 à 11.000 par mois. […] Il faut le rappeler, le rationnement décidé par le gouvernement a été très profitable pour l’Inami, avec par exemple une diminution de 57 % des coûts médicaux pendant le mois d’avril, proportionnelle à l’augmentation des décès, mais a été catastrophique pour la médecine et les patients. On n’a pas compris l’absence d’actions des syndicats médicaux et surtout du principal d’entre eux implanté dans les hôpitaux, l’Absym : cet arrêt des soins considérés comme non essentiels violait pourtant un droit reconnu aux citoyens par la Constitution mais aussi par les Droits de l’homme qui s’imposent à la Loi, en l’espèce le droit aux soins. La continuité des soins en est l’application. »

Source: https://www.lejournaldumedecin.com/actualite/le-gouvernement-a-cree-la-panique-pour-couvrir-sa-responsabilite/article-opinion-50235.html?fbclid=IwAR16xCSqbWTZIyKP7Yfg_FrukEaF0Grszl80pxJA2B1JLRJ26hn_FLIaDaI