Dans son dernier livre, Michael Shellenberger, icône de l’écologisme américain, dénonce l’imposture de l’alarmisme vert.

apocalypse

« Dans son dernier livre, Michael Shellenberger, icône de l’écologisme américain, dénonce l’imposture de l’alarmisme vert. Un “debunkage” incisif de la nouvelle religion climatique, qui pourrait bien défroquer plus d’un zélote de l’Apocalypse. »


Cinglant, l’éco-moderniste débute son ouvrage par une énumération des contrevérités sur les enjeux écologiques majeurs du XXIe siècle. Déforestation, énergie nucléaire, consommation de viande… Sans prendre de gants, l’auteur brocarde les théories fumeuses qui ont marqué l’actualité de la dernière décennie. Sa première cible : la totémique forêt amazonienne, dont Shellenberger affirme qu’elle n’abriterait pas les “poumons de la Terre”. En 2019, le monde entier s’est ému devant le spectacle des vastes incendies ravageant l’antique demeure d’Amérique latine. Dès les premiers clichés du brasier, le président Macron s’est empressé de réagir : « Notre maison brûle. Littéralement, s’est étranglé Jupiter, flattant ainsi son image de chef d’Etat “eco-friendly”. L’Amazonie, le poumon de notre planète qui produit 20 % de notre oxygène, est en feu. »


D’après Shellenberger, l’affirmation du locataire de l’Elysée ne serait qu’une vulgate culpabilisatrice, dénuée de fondements scientifiques. Soucieux de rétablir les faits face aux emportements émotionnels des politiques, l’essayiste explique, non sans ironie, qu’une forêt ne fonctionne pas comme un poumon. « La végétation amazonienne consomme environ 60% de l’oxygène qu’elle produit en respiration, écrit-il. Les microbes, qui fractionnent la biomasse, consomment les 40% restant. » Ingénu, l’Américain fait donc l’addition : « Ainsi, concrètement, la contribution nette au taux d’oxygène mondial de l’ECOSYSTEME amazonien, (pas seulement les plantes), est de zéro. »

Tel Moïse brisant le veau d’or, Shellenberger s’attaque ensuite au suprême fétiche de l’écologisme soixante-huitard : le nucléaire. Ancien ayatollah des énergies renouvelables, le lauréat du Green Book Award a finalement revu sa copie en 2016, après que son héros d’enfance, Stewart Brand, a admis publiquement que l’uranium pouvait être une alternative viable. Une volte-face surprenante de la part de ce pionnier du mouvement hippy américain, qui a eu l’effet d’une bombe dans l’esprit de bien des militants. A compter de cette année charnière, le « héros de l’environnement », autrefois célébré par le Time, est devenu l’avocat consciencieux du tout nucléaire. Admiratif du modèle français, Shellenberger balaye les faciles reductio ad Tchernobyl de ses camarades et démontre que l’énergie tant décriée affiche en réalité un faible taux de mortalité. […]

Source: https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/apocalypse-never-un-ultra-ecologiste-repenti-deconstruit-le-catastrophisme-climatique-126847?fbclid=IwAR0PIDWGVj2DWnZ2SeMVeg6jfJ4fPqlHI7OtypV81l3zW-o2yDVUDtTcqIY